Louboutin Bis Un Bout Prix

« On essaie d’égayer le monde, renchérit en coulisses Bernard Arnault (propriétaire de LVMH, auquel appartient la marque Dior), parce que nous avons beaucoup de clientes couture. Si cette activité est tout juste à l’équilibre, elle apporte bien plus : c’est l’âme créative de la maison. Nous gagnons actuellement des parts de marché sur les autres, parce que très peu peuvent se battre sur ce terrain de l’exceptionnel. ».

L’esprit des festivités parées a subsisté, notamment à la fin des années70 avec les beaux jours du Palace à Paris, où Karl Lagerfeld, couronné d’un tricorne, organisa, avec la complicité de Fabrice Emaer, propriétaire du club, un spectaculaire bal vénitien, où au Studio54 de New York, où Bianca Jagger arriva juchée sur un cheval blanc parmi des invitées en robes lamées. Aujourd’hui, les fêtes de la communauté LGBT comme la Club Sandwich, la Flash Cocotte, la Cicciolina ou la Fluogram sont peut être moins luxueuses et moins fermées mais souvent aussi flamboyantes. Arnaud Crame, l’un des fondateurs de la House of Moda (soirée qui se déroule à Paris, Nantes ou Marseille) qui existe depuis2011, explique : Le bal de Marie Hélène deRothschild, en1972, où les invités étaient priés de venir avec « une tête surréaliste » nous fait rêver.

Elle aurait été pas mal en Ségolène Royal aussi, Julianne Moore, non?Non pas Hallyday, Depp. Selon le Daily Star l’amoureux de Vanessa Paradis aurait laissé 300 euros puis 500 euros de pourboire dans un pub. Pas grand chose finalement, si l’on compare aux pourboires qu’il avait laissés il y a quelques années dans un établissement de Chicago: 4.000dollars (oui quatre mille).

Verdict de l’homme qui partage mon dressing : Tiens, tu remets des vraies chaussures maintenant ? Mais chéri, si tu insistes, je peux aller en trouver d’autres dans la même veine chez Prada (ah ! le modèle verni à joli nud sur le cou de pied), Valentino (pas mal les Rockstud), Roger Vivier (les Miss Viv’ en croco choco, je dis oui !), Hermès (où dois je signer pour le parfaitissime modèle Faubourg ?). Je peux même retourner chez Louboutin, pour m’offrir (ou que tu m’offres) les Décoltissimo vernies. Non, je ne recule devant rien pour le bonheur de mon amoureux.

Pourquoi critiquer Houellebecq dans son interprétation personnelle de la poésie contemporaine ? Je ne le ferais jamais, parce qu fur et à mesure de l vient la patience et la tolérance maximum, l même :). Vais je acheter son ouvrage ? Probablement pas. Le lirai je dans une Fnac en attendant ma chérie ? Pourquoi pas ? :).

Laisser un commentaire