Christian Louboutin Giveaway 2015

Les plus audacieuses oseront les coloris francs et éclatants. Du bleu turquoise au rouge glamour, en passant par un vert sapin ou un fuchsia joyeux, toutes les excentricités sont permises. L’essentiel ? Le modèle chaussé doit avant tout refléter la personnalité de celle qui le porte.

Gée d’à peine 21 ans, la bimbo ponctue constamment ses phrases de « lol! » sortis de nulle part. Nabilla ne parle pas, elle slamme. Ayant arrêté l’école à 13 ans, elle a tendance à « nabilliser » la langue française. Pygmalion outrecuidant, il lui promet que, quand le monde la verra par ses yeux, elle s’en trouvera mieux. Avec la cruauté des péronnelles, elle lui lance : Un corps de vieux, jamais je ne pourrais. Elle finit par céder et vante désormais ses prouesses et ses délicatesses.

Muse sexuelle des sixties devenue icône du rock, Marianne Faithfull n’a cessé d’expérimenter le poids du corps, son omniprésence. Belle au bras de Mick Jagger, de Keith Richards, de Brian Jones et d’Anita Pallenberg, elle fut déchue par la drogue, squelettique, anorexique, presque morte. Elle fut aussi atteinte par la maladie, dont la dernière, en 2006, a été un cancer du sein, guéri.

Très british, Marianne Faithfull vit à Paris avec son compagnon, un Français, le cultivé François Ravard, qui débuta comme manager du groupe Téléphone, avant de fréquenter le gratin du rock mondial. Dans le grand salon de leur appartement proche du palais de l’Elysée, chemisier blanc, la mèche blonde en bataille rangée, elle épluche dextrement une pomme appétissante. Elle boit du thé parfumé dans un mug fleuri.

INTITUL DU LIEN 1 Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus. C’est une définition du luxe 2011 qu’a écrite Karl Lagerfeld, hier dans les salons Chanel, rue Cambon. Soit des filles, sans talons, souvent en jeans, mais dont la peau se frottait à des matières d’une délicatesse extrême. Pièces de soie, petits carrés de cristal brodés à même le tissu et recouverts de tulle : aucune ostentation, aucun effet spectaculaire n’étaient visibles dans cette collection très jeune, flirtant avec l’innocence et le relâchement adolescent (un paradoxe de plus pour Karl Lagerfeld, qui vit chaque seconde de sa vie dans la maîtrise absolue).

Elle trouve d’emblée ses signes de distinction : spectaculaire tignasse, grande bouche soulignée de rouge sang, yeux fardés à mort, tout ça très haut perché, l’antithèse de la petite fille très calme de Lyon, qui faisait le ramadan et ne se maquillait jamais. Ouh, on va dire qu’on va zapper ça, hein?Ouh, on va dire qu’on va zapper ça, hein?La drogue, l’alcool ? Ouh, on va dire qu’on va zapper ça, hein ? Goude, qui l’aperçoit la première fois faisant la physionomiste aux Bains Douches en1982, décrit une fille incroyable, sans limites, qui peut éconduire Bowie comme on chasse une mouche. Et tous soulignent une tchatche redoutable qui télescope verlan, arabe et gouaille parisienne, qui chambre à mort ; pour Azzedine Alaïa, elle est la nouvelle Arletty.

Laisser un commentaire