Christian Louboutin 2016 Spring

Montebourg aurait pu, par respect envers ces anciens, enfiler pour Alstom une salopette bleu dechauffe. Mais plus de trenteans sont passés par là, qui ont imposé un autre modèle, nettement plus américain, du travestissement ouvrier : la casquette peuple, celle des conducteurs de poids lourds ou des supporteurs de base ball, qu’on voit vissée aussi bien sur la tête du président des Etats Unis que sur celle d’une star du rap. People est un mot américain qui désigne aussi bien le peuple que les célébrités.

Le stress descend d’un cran, comme les débutantes qui abandonnent leurs Louboutin pour profiter encore un peu de leur robe de rêve. Parents et enfants se rejoignent sur la piste de danse et Lus Figo se prête au jeu des photos et selfies avec les invités bien moins intimidés qu’au début de la soirée. La danseuse Yu Hang, aussi frêle qu’élégante dans sa robe Alexander McQueen, multiplie les pauses d’étoile pour le plus grand plaisir des photographes.

Comme si les trois étoiles ne pouvaient briller que dans des lieux chargés d’histoire type Ledoyen qui fut justement le décor du film le Grand Restaurant avec Louis de Funès. Interrogé sur le nom de son enseigne, Jean François Piège assure qu’il faut y voir un peu d’humour. Je voulais définir ce que j’avais envie de faire.

Marianne Faithfull est une adepte des livres du neurologue Oliver Sacks, auteur de L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau, dont s’inspira le compositeur Michael Nyman ou le metteur en scène Peter Brook, et de Musicophilia : histoires de la musique et du cerveau (2007). A 15 ans, dit elle, elle s’est construit son propre univers musical, le rock, « avec Bob, Keith, Mick ». Mais le corps et l’inconscient s’imprègnent en catimini des musiques entendues dans la prime enfance..

Mais cela reste sa principale caractéristique. Ainsi, rentrer dans sa petite bulle est une chose courante chez les Zeta Psi, certains sont absorbés par leur travail, d’autres par leurs uvres et elle. Et bien par tout en fait. Les Louboutin, des pièges à garçons? Nous en étions déjà convaincues et l’on pourrait multiplier les anecdotes à ce sujet. Mais désormais il est possible de faire durer le plaisir enlaissantà ces messieurs un autre souvenir impérissable de cette soirée passée en notre compagnie: une photo louboutinizée. Oui, avec un Z..

Ils ont, en quelque sorte, grandi ensemble, à écumer les boîtes de nuit. Lui rêvait de chausser les danseuses des Folies Bergères. Ses escarpins aux semelles rouges sont désormais portés par les plus grandes fouleuses de tapis rouges. Jennifer Ayache. L’idée me trottait dans la tête depuis longtemps, mais j’ai sauté le pas à 19 ans, pendant des vacances au portugal. Je me suis fait tatouer une petite cerise très old school.

Laisser un commentaire